Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 16:17

Aloysius-Bertrand.jpg  

 Ce poète, dramaturge et journaliste, né en 1807 et mort en 1841, eut une influence non négligeable dans  l'univers de la poésie française grâce un recueil de poèmes  en prose  intitulé Gaspard de la Nuit.  Il fut  considéré comme le père fondateur du poème en prose avec cette  oeuvre qui inspira considérablement  Baudelaire dans un premier temps, puis Rimbaud, Lautréamont et bien d'autres. 


 

 

Gaspard de la nuit Ce recueil, dont le titre original était  Gaspard de la Nuit : Fantaisies à la  manière de Rembrandt et Collot, fut publié un an après le décès de l'auteur, en 1842. L'oeuvre fait  référence à deux grands peintres et est structurée en trois livres.

 

Livre I - École flamande
  1. Harlem
  2. La Maçon
  3. L'Écolier de Leyde
  4. La Barbe pointue
  5. Le Marchand de tulipes
  6. Les Doigts de la main
  7. La Viole de Gamba
  8. L'Alchimiste
  9. Départ pour le sabbat
Livre II - Le Vieux Paris
  1. Les Deux Juifs
  2. Les Gueux de Nuit
  3. Le Falot
  1. La Tour de Nesle
  2. Le Marchand de tulipes
  3. L'Office du soir
  4. La Sérénade
  5. Messire Jean
  6. La Messe de Minuit
  7. Le Bibliophile
Livre III - La Nuit et ses prestiges
  1. La Chambre gothique
  2. Scarbo
  3. Le Fou
  4. La Nain
  5. Le Clair de Lune
  6. La Ronde sous la cloche
  7. Un Rêve
  8. Mon Bisaïeul
  9. Ondine
  10. La Salamandre
  11. L'Heure du Sabbat

                                                                      (cliquez sur les poèmes pour les lire en direct)

 

Diverses isotopies sont récurrentes à travers tout le recueil : le rêve, l'alchimie matérielle ou verbale (qui inspira Rimbaud et son "Alchimie du Verbe" dans Une Saison en enfer), la mort, le Christ, la déraison et la folie, le diable, etc. Les éléments traditionnels du Romantisme sont convoqués. L'influence du Romantisme d'origine allemande est aussi visible avec le mythe d'Ondine par exemple, tout comme celle du Romantisme noir venu d'Angleterre : cimetières et églises gothiques, morts et pendus apparaissant en visions angoissantes pour le rêveur (cf. "Un Rêve").

 

Voici les deux extraits les plus étudiés et évoqués précédemment, "Ondine" et "Un Rêve" :

 

                                                                       Ondine


- « Écoute! - Écoute! - C'est moi, c'est Ondine qui frôle de ces gouttes d'eau les losanges sonores de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune; et voici, en robe de moire, la dame châtelaine qui contemple à son balcon la belle nuit étoilée et le beau lac endormi. 

« Chaque flot est un ondin qui nage dans le courant, chaque courant est un sentier qui serpente vers mon palais, et mon palais est bâti fluide, au fond du lac, dans le triangle du feu, de la terre et de l'air. 

« Écoute! - Écoute! - Mon père bat l'eau coassante d'une branche d'aulne verte, et mes soeurs caressent de leurs bras d'écume les fraîches îles d'herbes, de nénuphars et de glaïeuls, ou se moquent du saule caduc et barbu qui pêche à la ligne. »

*

Sa chanson murmurée, elle me supplia de recevoir son anneau à mon doigt, pour être l'époux d'une Ondine, et de visiter avec elle son palais, pour être le roi des lacs. Et comme je lui répondais que j'aimais une mortelle, boudeuse et dépitée, elle pleura quelques larmes, poussa un éclat de rire, et s'évanouit en giboulées qui ruisselèrent le longs de mes vitraux bleus.

 

Un Rêve

 

J’ai rêvé tant et plus, mais je n’y entends note.
Pantagruel, livre III.

 

Il était nuit. Ce furent d’abord, — ainsi j’ai vu, ainsi je raconte, — une abbaye aux murailles lézardées par la lune, — une forêt percée de sentiers tortueux, — et le Morimont grouillant de capes et de chapeaux.


Ce furent ensuite, — ainsi j’ai entendu, ainsi je raconte, — le glas funèbre d’une cloche auquel répondaient les sanglots funèbres d’une cellule, — des cris plaintifs et des rires féroces dont frissonnait chaque feuille le long d’une ramée, — et les prières  bourdonnantes des pénitents noirs qui accompagnent un criminel au supplice.


Ce furent enfin, — ainsi s’acheva le rêve, ainsi je raconte, — un moine qui expirait couché dans la cendre des agonisants, — une jeune fille qui se débattait pendue aux branches d’un chêne, — et moi que le bourreau liait échevelé sur les rayons de la roue.


Dom Augustin, le prieur défunt, aura, en habit de cordelier, les honneurs de la chapelle ardente ; et Marguerite, que son amant a tuée, sera ensevelie dans sa blanche robe d’innocence, entre quatre cierges de cire.

Mais moi, la barre du bourreau s’était, au premier coup, brisée comme un verre, les torches des pénitents noirs s’étaient éteintes sous des torrents de pluie, la foule s’était écoulée avec les ruisseaux débordés et rapides, — et je poursuivais d’autres songes vers le réveil.

 

Un léger registre fantastique affleure aussi en certains écrits. La convocation des thèmes de la folie, du diable et des démons rattache Aloysius Bertrand à ce que l'on nomme, dans le mouvement romantique,  le "Frénétisme". L'oeuvre peut aussi être considérée comme appartenant, par certains aspects, au "Romantisme critique", par l'ironie et la prise de distance que l'auteur manifeste face aux personnages et aux thèmes qu'il utilise. 


En conclusion, le Romantisme multiple de Gaspard de la Nuit cherche à retranscrire les riches méandres, parfois limpides ou parfois torturés, de l'inconscient d'un poète cultivé qui oscille entre rêve et réalité pour se livrer à la création absolue, création absolue qui confond tableaux visuels et sonores en abolissant les frontières des genres artistiques et littéraires (le poème en prose relève à la fois de la poésie et du roman). 


Repost 0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 18:52

 

La Scapigliata, Léonard de Vinci"La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir" (Carnets)

 

"La peinture est une poésie muette. La poésie est une peinture aveugle" (Carnets)

Repost 0

Présentation

  • : Lectorat de français de Iasi
  • Lectorat de français de Iasi
  • : pages franco-roumaines du Lectorat de français de la faculté de Lettres de la magnifique ville de Iasi, pour discuter, se cultiver, partager et s'informer des activités francophones...
  • Contact

Recherche